• Le Cami - N° 22

     

    Sommaire

    Le Cami - LES PORTRAITS

     

    Le Cami - LES PORTRAITS

     

    BIENVENUE dans "Le Cami"  -  Vidéo

      BIENVENUE dans "Le Cami"  -  Photos   

     

     

     

    UN DETOUR PAR LE LAC DU SALAGOU !

     Si nous avons fait un détour par le lac du Salagou c’est que nous avons découvert des photos du lieu dont les couleurs nous transportent dans un monde qui frise l’irréel. Nous nous sommes par la suite intéressés à l’histoire du lac.

    Dans  ce numéro de"Le Cami" vous pouvez voir l     les photos de notre reporter DANY (click)  prises au cours d'une randonnée sur le lieu et  le film original (cilck).

    Le Cami - Page 22

    Le barrage de la rivière "Salagou" qui a donné naissance au lac que vous pouvez découvrir.

     

     

    A QUI LA BALLE ?

    * Une femme de 20 ans est comme un ballon de rugby : 30 hommes lui courent après.  

     * Une femme de 25 ans est comme un ballon de foot :22 hommes lui courent après.. 

     * Une femme de 30 ans est comme un ballon de basket : 10 hommes lui courent après. 

     * Une femme de 40 ans est comme une balle de base-ball : 1 homme lui court après. 

    * Une femme de 50 ans est comme une balle de tennis : chaque homme l’envoie à l’autre. 

     * Une femme de 60 ans est comme une balle de golf : on s'applique à l'envoyer le plus loin possible. 

     > Eh oui! c'est comme ça… 

     NOUVEAU ROND-PONT photographié par "Le Cami"

    « Banc de sardines sous la vigne »Saint Pierre d'Oléron - 17

    Cep et grappes de raisins sculptés sur mousse polyuréthane avec stratification verre/polyester. Feuille stratifiées à plat puis mises en forme avant polymérisation complète de la résine polyester. Poissons réalisés en résine polyuréthane de coulée à partir de moules silicone. Déco aspect bronze, argent et or.

    Hauteur 4,40 mètres

    Le Cami - Page 22

    Cliquez sur l'image pour atteindre la page de présentation

     

      Façon de parler !

    LE CATALAN, une langue que l'on gagnerait à savoir pratiquer...

    Vous avez remarqué que, dans ses deux derniers numéros,  "Le Cami" parle beaucoup de la Catalogne. C'est, tout simplement , que nous y avons fait plusieurs escapades ces derniers temps. Nous avons remarqué combien le vocabulaire catalan était différent de celui utilisé en Espagne. Un des chevaux de bataille de la Catalogne est la reconnaissance du catalan comme langue officielle de l’Union européenne. Plus de sept millions de citoyens l’utilisent couramment – en Catalogne, mais aussi dans la communauté de Valence, aux Baléares, dans la partie orientale de l’Aragon, en Andorre et dans les Pyrénées orientales –, ce qui place le catalan au dixième rang des langues européennes les plus parlées au sein de l’Union.

    C'est Juan Ramon Jiménez qui a dit « Qui apprend une nouvelle langue acquiert une nouvelle âme. »

    Comme des enfants de ...70 ans...voire plus...de façon impromptue et inopinée nous avons parlé le catalan ...NOTRE catalan...  pour "communiquer" avec un distributeur de tickets. Impossible de savoir si notre âme en a pris un coup mais on peut penser que la cure de rigolade nous a été profitable. Nous avons tout de même constaté combien il est difficile de se faire comprendre sans vocabulaire.

     Quant à notre "cantatrice maison" elle nous a permis de  vérifier en poussant la chansonnette en pleine rue...ce qu'a dit  Emmanuel Kant : « La musique est la langue des émotions.  »   CLIQUEZ ICI POUR VOIR LE REPORTAGE

     


     

     

    LE BILLET DE CHARLY

     

     Apprenez cette autre façon de parler et vous ferez fureur en société.

    1. Non ! Ce n’était pas chose évidente que cette conversation toute en langue morte. Et pourtant je la tins.

    2. Un spectacle de Félicien Marceau et, tout de suite, nous le mîmes.  

    3. Comment ? Vous avez mis à la casse votre vieille voiture ? C’est bien dommage ! Tiens ! Vous souvient-il qu’un jour vous me la passâtes. 

    4. Bien que vous ayez laissé passer votre chance de cesser d’être une prostituée, un jour, vous le pûtes. 

    5. Merlin n’était qu’un simple mortel jusqu’à ce qu’enchanteur il devint.   

    6. Deux vieux acteurs hollywoodiens discutent :

      - Te rappelles-tu notre premier film ... ce western dans lequel nous jouions les indiens ! 

      - Oh oui ! Et je sais que nous nous y plûmes. 

    7. Vous saviez que ce manteau était tout pelé ... alors pourquoi le mîtes-vous pour la réception d’hier soir ? 

    8. C’est dans ce tonneau que notre vin vieux fût.   

    9. On nous offrit une augmentation et, bien-sûr, nous la prîmes.  

    10. Les moines brassèrent la bière et la burent. 

    11. Comme tout bon musulman qui se respecte doit s’y rendre au moins une fois, c’est cet été, qu’au pèlerinage de la Mecque, il alla. 

    12. C’est bien parce que vous m’aviez invité à goûter votre Beaujolais que je vins. 

    13. Charlotte Corday cacha le poignard en son sein, sortit de chez sa logeuse et, soudain, à l’idée du crime qu’elle allait perpétrer, elle se marra.

    14. Que la crevette était un insecte, vous le crûtes assez.   

    15. A l’idée qu’ils auraient pu y laisser leur vie, à grosses gouttes, ils suèrent. 

    16. Pour les prochaines vacances, c’est l’idée d’aller en Arabie Saoudite qu’ils émirent.

    17. C’est à cause du trou que cette enfant fit en bas de leur porte, que ses parents la châtièrent.

    18. Elle était encore en train de lui bénir la poitrine à coup de surin lorsque les flics la serrèrent.

    19. Heureusement que vous avez retrouvé des capitaux ! Car mettre la clé sous la porte et déposer le bilan, vous faillites ! 

     

     

        

    Point de vue...  AVEC MODERATION !!!  transmis par Dany

     

     Pour ceux qui savourent un bon verre de vin.... et aux autres qui ne le font pas. 

     
     
    Un grand critique gastronomique disait : 
     
    "Je ne bois pas d'eau parce que les poissons font leurs besoins dedans..." 
       
     
    Quant à Benjamin Franklin : (*)
     
    "Dans le vin il y a la sagesse, dans la bière il y a la liberté, et dans l'eau des bactéries".  
    Bourré gif
     
    Dans nombre d'essais dûment contrôlés, des experts ont démontré que si nous buvons 1 litre d'eau chaque jour,  
     
    à la fin de l'année nous aurons absorbé plus d'un kilo d'Escherichia coli, E. !" 

    Escherichia coli (E. coli) est une bactérie que l’on trouve couramment dans le tube digestif de l’être humain et des animaux à sang chaud. La plupart des souches sont inoffensives. Certaines en revanche, comme E. coli entérohémorragique (ECEH), peuvent provoquer de graves maladies d’origine alimentaire

     
    Toutefois, nous ne courons pas ce risque lorsque nous buvons du vin ou de la bière ou tequila, rhum, whisky ou autres boissons alcoolisées, parce que l'alcool doit passer par un procédé d'ébullition, de filtrage et de fermentation.
     
    C'est un désinfectant anti-bactérien.


     
    En conséquence: mieux vaut boire du vin et bafouiller un peu que boire de l'eau et être plein de microbes !
     Ne me remerciez pas pour cette importante mise au point: je la diffuse par simple souci de la santé de mes amis ! 

    (*)
    Notez bien qu' Il a dit aussi
    - Prends conseil dans le vin, mais décide-toi ensuite avec de l'eau.
      
     
    BANYOLES (Catalogne) : Venus pour faire le marché, nous fêtons la SAINT JORDI 

    LE PARC ZOOLOGIQUE DE MONTPELLIER 

    en musique ...

    Cliquez sur le texte pour voir le film.

    A BANYOLES, ville catalane à quelques kilomètres de la frontière française, chaque mercredi le marché hebdomadaire de la ville s’installe sur la place Major. C’est l’occasion pour tous les habitants de se retrouver et créer cette ambiance unique qui se rapproche de celle que l’on connaît les jours de fête. Nous sommes justement mercredi, de passage dans la ville et c’est bien de cette ambiance que nous voulons profiter. LA SUITE !

    Le Cami - Page 22

     

     
     
     

    LE LEXIQUE DE MON ENFANCE 

    Le créponné

    CHRONIQUES DE MON VILLAGE 

     Sous les allées ombragées du cours étaient installées des terrasses qui permettaient aux promeneurs de se désaltérer.

    C’était une chose que je faisais lorsque mes moyens financiers me le permettaient. C’était alors une grande fierté en même temps qu’un plaisir extrême : le plaisir de déguster un créponné

                                               >>> La suite 

    1962 : Il y a plus d'un demi siècle, la quasi totalité des européens de Mondovi quittaient définitivement leur village.

    Que reste-il de l'église ?

     Le Cami - Page 22

     La rue nationale et l'église de Mondovi.

     AUTREFOIS...par Marcel

    C'était bien quand, près du feu on se mettait à parler d'une chose et d'une autre. Marcel prenait  un malin plaisir à raconter ce qui lui passait par la tête...c'était mieux que la télévision...

    >>> Lire le récit de Marcel.


     

     Et pour les cors au pied, Grand-mère, que faisais-tu ?

    Quoiqu'il y ait un grand nombre de remèdes contre les cors, on les guérit difficilement. On empêche qu'ils ne causent des douleurs en les coupant souvent, après les avoir amollis dans de l'eau chaude, en les frottant avec une pierre ponce taillée en forme de lime et trempée dans de l'eau saturée de potasse, de l'huile et de la cire les empêchant de durcir. On est soulagé pour longtemps en les touchant avec du nitrate d'argent. Une dissolution de sel ammoniac dans de l'eau fait disparaitre les verrues et les poireaux.

     

    Le Cami - Page 22

    Dans les "BRÊVES DE ZOO" nous avons ajouté le GUEPARD, l'ORYX, et d'autres pensionnaires du zoo de Montpellier.  

     

     
     
     
     

    ARRÊT sur image 

    La vie d’un village est faite d’instantanés. En voici un…

     Nous sommes à Mondovi durant les années 1930. Le village est alors administré par la France. 

    Nous sommes au cœur du village. La clôture délimite le square dans lequel a été construit le monument aux morts. Juste à côté, en toile de fond, l’église du village dont l’entrée est masquée par un des palmiers de la  rangée  qui a  été plantée au moment de l’inauguration de l’église.

     Le personnage central maintient de sa  main gauche le « croisé » du vêtement, mi-robe, mi-tablier tenu par une ceinture. 

    Le bras droit  supporte un plat contenant sans doute un gâteau. Au moment où le photographe actionne l’obturateur de son appareil, une dame « du monde » chapeautée passe d’un pas alerte. Nonchalant, les bras dans le dos, habillé à l’occidentale mais la tête couverte d’une chéchia un musulman s’adresse à un congénère en tenue du pays, assis sur un des bancs installés sur le trottoir de l’église. 

    Il est pas loin de midi. Rosine (*) revient de chez le boulanger. Après la cuisson quotidienne de son pain, le boulanger du village, permettait aux mondoviens d’utiliser son four pour y faire cuire fougasses, tartes, gâteaux ou autres préparations. Il n’était pas rare de  voir les habitants traverser le village un plat à la main. Il m’est arrivé de donner un coup de main à ma mère à transporter de grands plats métalliques dans lesquelles étaient cuites des fougasses .. on n’appelait pas cela des pizzas, à l’époque…Rares, étaient cependant les photographes prêts à saisir ce moment. Les téléphones portables faisant office d’appareil photo n’existaient pas. Nous avions, sans doute, à Mondovi, un

    Robert Doisneau qui s’ignorait.

    Robert Doisneau est un photographe français, parmi les plus populaires d'après-guerre.

     Naissance : 14 avril 1912, Gentilly, France

    Décès : 1 avril 1994, Montrouge, France

     

    Le Cami - Page 22

     (*) Rosine était ma grand-mère paternelle, gastronome avertie. 

    Une photo de DOISNEAU

     

    Le Cami - Page 22

     

    Essayez d'enfermer le chat ...  Bon courage.  

    Cliquez sur l’image pour ouvrir le lien et commencez à jouer!

    Le Cami - Page 22

    Transmis par Régine

     

     

    Achetons Français !!! 

     

    Alerte aux consommateurs !!!! Soyez attentifs au choix de votre matériel de plage . En particulier des transats ! Il s’avère que certains, importés de Chine sont  défectueux.

     

    Mieux vaut que vous soyez prévenus pour éviter l’erreur commise par cette malheureuse cliente.

    Voyez la photo en cliquant ICI. 

     

     

    Le Cami - Page 22

     
     

     VOCABULAIRE :

     

    Au cours d'une promenade, j'ai découvert les "GANIVELLES"...Vous connaissiez ?

     

    Cliquez sur les panneaux !

    Le Cami - Page 22

     

     

    Le Cami - Page 22

     

     

    Le Cami - Page 22

     IL Y A TOUJOURS UNE SOLUTION..... 

    A vous de comprendre

    À sa mort, un fermier laissa en héritage dix-sept chevaux à ses trois fils.

    Dans son testament, le père avait ainsi établi le partage de l'héritage :

    Mon fils aîné recevra la moitié (1/2) de tous les chevaux  Mon second fils recevra le tiers (1/3) de tous les chevaux 

    Mon plus jeune fils recevra le neuvième (1/9) de tous les chevaux 

    Or il était tout à fait impossible de diviser 17 chevaux par deux,  par trois et par neuf.

    La chicane prit donc entre les trois fils. Puis, à un moment donné, ils décidèrent de faire appel à un fermier voisin,  dont ils appréciaient l'intelligence, dans l'espoir qu'il puisse  trouver une solution à leur différend.

    Le fermier prit donc le testament et le lut avec grand soin.  Après quoi, il alla chercher son propre cheval et l'ajouta aux dix-sept (17) autres

    Il y avait maintenant dix-huit chevaux dans le champ.

    Dès lors, il devint possible aux héritiers de procéder au partage, tel que prévu dans le testament du père.

    Car :  

    la moitié de 18 = 9 chevaux 

    le tiers de 18 = 6 chevaux 

    le neuvième de 18 = 2 chevaux 

    En faisant l'addition, cela donna :

    Fils aîné : 9 chevaux

    Second fils : 6 chevaux

    Plus jeune fils : 2 chevaux

    TOTAL : 17 chevaux
     

     

     ON S'Y CROIRAIT !

    NON, nous ne sommes pas à VENISE mais au jardin d' Adrien (près de Pezenas) où s'est déroulée une journée "carnaval de Venise"

    Photo aimablement transmise au journal par Gérard

     

    Le Cami - Page 22


     

    JEU DE MOTS

     

    Nous parlions un peu plus haut des GANIVELLES, ces barrières de bois implantées pour contenir le sable. Remplacez le « G » par un « M » cela devient des « MANIVELLES ». On appelle ces mots des PARONYMES.

    Les paronymes sont des mots qui se ressemblent beaucoup du fait de leur orthographe. Cependant, même si deux mots ont une seule lettre qui diffère, ils ont un sens complètement différent

    Trouvez, à partir des définitions suivantes les mots "paronymes".

    1. Mot que l'on dit quand on veut avertir quelqu'un d'un danger

       Ce que compte faire un individu

     

    2.Verbe désignant le cri de la grenouille

     

       Verbe désignant le cri du corbeau

     

    3. Planter des arbres 

       Détester quelqu'un

     

    4. Imprimer en relief

    Effacer petit à petit, atténuer

     

    5. Personne qui aime les animaux de race canine

         Personne qui aime regarder des films

     

    6. Se fier aux dires de quelqu'un d'autre

       Grandir, pousser

    7. Petit morceau de bois qui s'est glissé sous la peau

       Etoffe que l’on porte autour du cou

     

    8. Mettre sous terre

       Courir pour prendre la fuite très souvent par peur

     

    9. Evénement, personne extraordinaire

       Personne qui dépense beaucoup

     

    10. Action sans grand intérêt en elle-même mais qui peut

    éventuellement avoir des conséquences importantes.

         Evènement qui a souvent de graves conséquences 

    Le Cami - Page 22

     

    Le Cami - Page 22

     

     

    Le Cami - Page 22

     

    Le Cami - Page 22

    VOIR LES CORRECTIONS

     PAGE PRECEDENTE

                                                                                                         

    PAGE SUIVANTE